VIDEO. Mediator : cinq moments où le médicament aurait pu être interdit Il est responsable de plus de 2000 décès et a été prescrit à 5 millions de personnes jusqu’en 2009 avant d’être retiré du marché. Mais le Mediator aurait pu être interdit bien avant cela…

Emission à voir : cliquer ici

Responsable de plus de 2000 décès, le Mediator a été prescrit à plus de 5 millions de personnes entre 1976 et 2009 avant d’être interdit. “On a favorisé l’intérêt économique par rapport à la sécurité du patient“, fustige Danielle Brejot, une victime de Mediator. Commercialisé par le laboratoire Servier comme médicament antidiabétique, le Mediator sera plus généralement prescrit comme coupe-faim.

1964, premières inquiétudes

En 1974, la commission chargée de l’autorisation de mise sur le marché du Mediator s’inquiète de la présence d’une molécule apparentée à l’amphétamine. Mais le laboratoire Servier évoque seulement des effets secondaires mineurs comme des nausées, de la somnolence somnolence ou encore des diarrhées. L’arrêté d’autorisation est signé le 16 juillet 1974. Dans un rapport d’enquête remis en 2011 au ministère de la Santé, l’Inspection générale des affaires sociales – IGAS – considère cette décision comme “incohérente” étant donné les “inquiétudes” soulevées.

1995, premières restrictions demandées

En 1995, la Commission nationale de pharmacovigilance demande une restriction d’indication sur tous les coupe-faim. En 1997, plusieurs coupe-faim sont interdits à la suite d’une étude américaine. Le Mediator reste lui prescriptible par les généralistes malgré le fort doute concernant sa qualité de coupe-faim et malgré l’interdiction de son principe actif dans les préparations magistrales. 

1999, interdiction de tous les coupe-faim… sauf le Mediator

En 1999, tous les coupe-faim sont strictement interdits, sauf le Mediator. En France, deux personnes prenant ce médicament décèdent de problèmes cardiovasculaires. Compte tenu de ces deux décès, l’IGAS estime dans son rapport de 2011 que “le retrait du Mediator aurait dû être décidé” dès 1999.

2003 et 2007, vers la suppression du médicament ?

En 2003, le laboratoire Servier retire le Mediator de la vente en Espagne et en Italie après la découverte par l’agence du médicament espagnole d’un cas de problème cardiovasculaire chez une femme prenant ce médicament.

En 2007, la Commission nationale de pharmacovigilance indique des effets “similaires” aux coupe-faim retirés du marché 8 ans plus tôt et demande une réévaluation du Mediator. Mais le médicament est maintenu. Le Mediator sera finalement retiré du marché deux ans plus tard, en 2009.